La ludothèque

 

img_6883

 

Parce que jouer et apprendre vont de paire, les cycles 1 et 2 ont mené un travail de réflexion avec Cécile, ludothécaire, afin de réaménager les espaces communs, achalander le parc « jeux », et réhabiliter le jeu libre.

 

L’idée est d’organiser une vraie ludothèque dans les halls du cycle 1, avec

  • un pôle bricolage, poupée, guichet multi services (salle d’attente du docteur, le guichet de la poste, la fosse de la salle de spectacle…)
  • un pôle jeux de construction/voiture/train et la ferme
  • un pôle dans les serres pour manipulation de semoule/eau/riz
  • un coin calme/livre le long des baies vitrées du patio

 

Cette ludothèque serait en accès libre sur la journée, par exemple

  • dès l’accueil pour les PS/MS/GS
  • lors de temps personnels, selon l’envie des PS
  • après une activités dirigée pour les MS/GS
  • en temps calme l’après midi

 

Si l’on veut comprendre le lien entre jeu libre et apprentissages, il faut s’intéresser à l’éducation informelle. Les voyages, les rencontres, les loisirs, les discussions et les jeux comme tant d’autres choses font partie de l’éducation informelle.

L’enfant en jouant (à tous les types de jeux qu’ils soient d’exercice, symbolique, d’assemblage ou à règles) met en mouvement ses capacités cognitives, sociales, affectives, motrices. Il « travaille » des compétences qu’il pourra remettre au service d’apprentissages plus scolaires, plus formels.

img_6882

Pour mettre en place des espaces de jeux, trois éléments sont indispensables :

La posture des adultes.

Ces derniers doivent être bienveillants et un soutien au jeu de l’enfant.

  • Etre là, disponible, sans juger, en laissant les enfants faire selon leur besoin
  • être en soutien du jeu, remettre un déguisement, boire un faux café, se faire soigner, réparer une voiture…

Le regard bienveillant de l’adulte sur le jeu de l’enfant met en valeur cette activité, « ce que tu fais est important ».

 

L’aménagement de l’espace.

Il doit être réfléchi en fonction du projet (nombre d’enfant, surface…). Il conditionne une grande partie du jeu. Il faut que

  • les enfants puissent se repérer dans l’espace (tapis, affichages, codes couleurs),
  • les espaces soient clairement identifiés (coin « marchande », coins jeux de constructions, coins dessins, coins puzzle),
  • le rangement soit simple et bien compris des enfants (grosses caisses colorés avec photos des objets à ranger).

 

Choix des objets et des jouets.

Le choix doit être suffisamment riche et les objets/jouets évocateurs :

  • ils sont des appels à jouer
  • ils nourrissent et enrichissent le jeu de l’enfant
  • Ils seront évolutifs en fonction de l’âge des enfants

Grâce à ces moments de « liberté » de jeux, les enfants deviendront des petits explorateurs, des petits scientifiques, des petits créateurs ; ils rêveront, s’entraideront et pourront s’exprimer.

Le jeu est l’activité la plus naturelle chez l’enfant, il sait comment jouer, il en a besoin.

 

Et si on leur offrait cette possibilité quelques heures par semaine ?

img_6881